Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2012 2 23 /10 /octobre /2012 16:15

Retours sur la chronologie du château 1990-2000

 

Après mon désir de démissionner (et non pas licenciement comme on veut bien le laisser croire) je me suis orienté dans un tout autre domaine d'activité, mais je gardais la passion pour le château, de nombreuses choses allaient encore s'y produire. C'est en 1998 que le chantier de restauration du pigeonnier carré commença, une équipe nommée C.H.A.M : L’association nationale Chantiers Histoire & Architecture médiévale (C.H.A.M.) œuvre depuis trente ans pour la défense du patrimoine bâti. Cham

 

Son action se caractérise par l'organisation de chantiers de bénévoles ou de volontaires et de chantiers d’insertion en France métropolitaine, en outre-mer et à l’étranger. Elle mène également des actions d’éducation au Patrimoine et des activités pédagogiques et techniques, en lien avec les établissements scolaires et les collectivités locales.

 

Ouverte à tous, sans distinction, elle s'adresse aux personnes volontaires, motivées et désireuses de participer à un projet collectif de défense et d'animation du patrimoine historique tout en acquérant un savoir-faire en matière technique.

 

Depuis sa création, l’association a assuré la conservation, la restauration et la sauvegarde plus de 150 sites, inscrits ou non à l’inventaire des Monuments historiques, en France métropolitaine et en outre-mer. A l’étranger, elle s’est engagée sur des sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Elle bénéficie d’un agrément national de Jeunesse et d’Education populaire et d’une reconnaissance du ministère de la Culture (direction générale des Patrimoines).

 

Cette association s'est donc intéressée au site d'Issou et ce, grâce à Nadège il faut bien l'avouer, qui s'est elle même impliqué à fond dans le projet. Je me suis moi-même mis sur le projet de restauration qui me paraissait merveilleux, leur but était de restaurer tout le site, mais commencer bien évidemment par le plus vieil occupant du parc.

 

Les travaux commencèrent si mes souvenirs sont bons vers Pâques, de nombreux jeunes sont venus d'un peu partout, j'ai souvenir de certains comme Heïke une jeune fille d'origine allemande (qui traduisit le mot soit disant laisser par un Allemand lors de la 2nd guerre pour Nadège et moi) avec qui d'ailleurs j'ai entretenu une correspondance après son départ du chantier, il y avait des Bretons, des gens de la proche banlieue parisienne, etc. le tout dans la bonne humeur. Les travaux avançaient bien ils ont piqueter la façade afin de refaire un enduis, ils ont démonter en partie la toiture, car la sablière avait bien souffert et remplacer des parties du toit. C'est alors qu'une personne du CORIF (centre Ornithologique Ile-de-France) vient à Issou, car il faut le rappeler le château est un endroit où viennent nicher les chouettes effraie entre autres, il a profiter du chantier pour faire installer un nichoir et un hutteau, le Cham perça une fenêtre pour que les chouettes continuent a venir sur place ainsi que de placer un nichoir dans le pigeonnier rond. Les travaux ont été suivis de nombreuses années le travail était en étroite collaboration avec la mairie surveillant d'un oeil bien veillant les travaux et fournissant le matériel nécessaire au bon fonctionnement de l'association. C'est d'ailleurs sur ces chantiers que je fis connaissance d'un de mes meilleurs amis avec qui j'entretiens toujours des relations très importantes à mes yeux. Jean Baptiste Martin, nous avons déjà évoqué son nom ici. Jeune homme doué pour l'art et ayant un don pour le dessin et la peinture. Il est tombé amoureux fous des vieilles pierres d'Issou, et nous sommes devenus amis assez rapidement. J'ai quelques oeuvres faites par lui que j'ai mises en ligne ici comme l'aquarelle du colombier rond faite en 1998 lors de son stage au château. Il s'est vite avéré que JB allait avoir un rôle dans l'amitié qui a l'époque nous liait Nadège et moi, nous l'avons alors tout naturellement incéré dans notre "duo" faisant ainsi un trio plus ou moins inséparable lors de nos visites au château. Nous avons passés des heures entières a refaire l'histoire et évoquer le souvenir de Mme Chaperon, nous la faisions revivre en quelque sorte, il était friand de photos anciennes et de cartes postales, je ne ratais pas une occasion de lui faire partager mes nouvelles découvertes qu'il regardait avec une insatiable faim d'apprendre, je lui parlais des anecdotes sur le château en différents temps, des "secrets" que les murs avaient bien pu voir ou entendre s’ils avaient des yeux et des oreilles. Après avoir fait découvrir à Nadège le haut parc et son petit pavillon de repos je ne voyais pas pour quoi j'allais le cacher à JB, qui chaque jour nous montrait un peu plus son amour pour les lieux, mais nous y reviendrons plus tard. Car après qu'il eut découvert le site, et apprécié ce qu'il voyait, il décida que sa semaine "d'apprentissage" avec le cham n'allait pas suffire, il voulut donc faire le stage complet à savoir deux semaines, le problème est qu'il n'avait pas prévenu ses parents qui virent finalement d'un bon oeil le fait qu'il reste ici avec nous. Le chantier continua dans la bonne humeur et les travaux avancèrent plutôt bien. Lors de la finition du piquetage nous nous sommes rendu compte que sur le mur intérieur, dans l'angle qui donne sur la rue du Cocriaumont il y avait une ancienne meurtrière qui avait été comblée, c'est donc tout naturellement que le Cham s'est proposé de rendre un aspect plus ou moins d'origines au bâtiment, tout comme abattre le mur qui avait été construit bouchant ainsi une des entrées du pigeonnier carré.

Cham 2 

 

Il y a eu aussi le passage obligatoire du nettoyage des tuiles plates du toit, chaque tuile a la main, en effet après la dépose de la charpente il fallut penser a ça réouverture, mais avant de remettre les tuiles qui étaient couvertes de mousse il fallut bien évidement les nettoyer a l'eau et au vinaigre avec l'aide d'une brosse métallique... Le chantier pris place dans le garage à carrosse, où toutes les tuiles ont été entreposées, ce garage venait d'être remis hors d'eau grâce a une couverture faite par Andé Lettellier

alors employé municipale. CHAM 1999 01

Cham3 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de histoire-chateau-issou.over-blog.com
  • Le blog de histoire-chateau-issou.over-blog.com
  • : Essaie sur l'histoire de la ville d'Issou (78440) à travers des photos textes et tous autres documents en particulier sur le château
  • Contact

Recherche

Liens